Blog

INTERVIEW – DANIEL MARTIN

Dans le cadre des visites théâtralisées qui se déroule au Château les 24 juillet et 5 août prochain, Daniel Martin, guide de l’Entre-Deux-Mers Tourisme nous raconte comment il en est venu à jouer Henri de Toulouse-Lautrec.

Bonjour Daniel, pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Je suis conseiller en séjour et guide conférencier pour l’Office du Tourisme de l’Entre-Deux-Mers. J’occupe cette fonction depuis maintenant 6 ans donc je connais bien la région, le territoire et Malromé puisque je suis également élu à la commune du Verdelais.

Quel a été votre parcours pour devenir conseiller ?

J’ai un parcours un peu atypique puisque j’ai commencé par voyager pendant plusieurs années. J’ai repris les études après mes voyages avec un BTS Tourisme et une licence de médiation de patrimoine. Ça m’a permis d’obtenir la carte de guide par la suite. J’ai eu la chance de voyager en Angleterre, en Espagne, en Australie mais aussi en Argentine et plein d’autres endroit. Je suis resté un an environ et je travaillais sur place.

Quand je suis rentré, j’ai travaillé pour les saisons à l’Office du Tourisme, puis un jour un poste s’est libéré.

Comment cette idée de proposer des visites décalées est-elle venue ?

Nous avions la problématique de proposer des visites qui conviennent à toute la famille, avec notamment des enfants d’une dizaine d’année. Nous avions besoin de les capter, de les faire réagir et qu’ils comprennent au mieux l’histoire que nous racontions.

Je suis titulaire de la carte professionnelle de guide-conférencier et fais partie de l’association des guides conférenciers de Nouvelle-Aquitaine. Grâce à cela, j’ai accès à plusieurs types de formations continues sur le territoire. L’Office de Tourisme en propose également. J’ai donc suivi une formation pour ré-enchanter les visites guidées, par le comédien Thomas Vogatier. Le but de cette formation était de nous donner les bonnes techniques pour captiver notre audience. Nous avions fait une première partie de la formation à La Réole puis une seconde partie en Ecosse avec un groupe d’une quinzaine de guides, dans le cadre d’Erasmus plus. Il fallait que nous sortions du contexte de la région et du patrimoine que nous connaissions par cœur, voir quelque chose de nouveau et oublier les connaissances que nous avions pour repartir à zéro.

J’ai également suivi par la suite, une formation sur les visites sensorielles. Une visite sensorielle fait travailler sur le ressenti et pousse le visiteur à s’investir. Elles se déroulent avec des miroirs, des gouts, des odeurs, de la musique. On peut, par exemple, associer un plat ou un aliment à la visite, faire des dessins.

Dans cette même optique, les visites théâtralisées fonctionnent très bien avec le public. Nous les avons misent en place sur le territoire il y a quatre-cinq ans, nous en avons à La Réole, Sauveterre, Monségur, … et plein d’autres communes.

Avez-vous eu l’occasion de travailler au Château Malromé ?

Je n’ai jamais eu l’occasion de travailler directement pour ou avec le Château Malromé mais j’avais déjà fait des visites en jouant Henri de Toulouse-Lautrec puisque c’est un personnage emblématique de la région. Je suis donc ravi de pouvoir le jouer directement à Malromé !

Racontez-nous, comment se déroule ses visites théâtralisées ?

Pour les visites théâtralisées, nous proposons deux types de visites. Nous organisons des visites classiques en journée et les visites nocturnes, comme celle du 24 juillet. Au Château Malromé. Nous prévoyons une jauge de 30 personnes pour que tout le monde puisse profiter au mieux de l’expérience et puisse se balader aisément dans le Château.

Concernant la préparation et la mise en place de la visite, nous préparons bien entendu un script en amont. Comme je disais, j’avais pour ma part déjà eu l’occasion de jouer Henri de Toulouse-Lautrec lors de visites à La Réole ou Sauveterre. J’avais donc une base déjà existante en quelque sorte. Nous essayons ensuite de se voir une ou deux fois avant la représentation pour faire le déroulé de la soirée et jouer quelques scènes. C’est important de connaitre les réactions de nos partenaires de jeu et de pouvoir jouer avec.

Durant la visite, nous jouons toujours en costume, ce sont comme des petites pièces de théâtre, nous devenons des comédiens le temps d’une journée ou d’une soirée. Nous déroulons notre présentation, en flânant dans les différentes pièces pour avancer dans l’histoire. Nous jouons notre scène puis à la fin nous prenons le temps de répondre aux questions des visiteurs. Nous répondons rarement aux questions en plein milieu du jeu pour ne pas briser la scène mais parfois il nous arrive de faire des petites brèches pour avoir des interactions avec nos visiteurs, des blagues, c’est toujours agréable de voir un sourire, un rire. C’est un vrai travail de comédien, cependant, nous basons nos représentations uniquement sur des faits réels, bien entendu.

C’est une offre touristique qui change de ce qu’on a l’habitude de voir. Ça rend la visite et la transmission des connaissances plus facile, les visites culturelles peuvent parfois sembler un peu inaccessibles, et dans ce cas nous avons un réel rapprochement avec le public. Qui plus est, cela permet aux visiteurs de visualiser et mieux apprécier l’atmosphère du lieu. Lors de la visite, j’ai toujours une petite enceinte sur moi qui diffuse de la musique d’époque ou simplement une musique d’ambiance. C’est un vrai moment hors du temps que nous proposons, comme une bulle le temps d’une soirée.

Le cadre joue énormément et le Château Malromé offre cette lumière et cette ambiance apaisante qui va nous aider à faire voyager le public dans un autre univers pour quelques heures. En plus, le jeudi 5 août, nous avons la chance de faire notre visite le jour de l’ouverture de l’afterwork et de pouvoir proposer une dégustation de vins et de tapas pour clôturer la soirée !

 

Merci à Daniel Martin et l’Entre-Deux-Mers Tourisme pour leur soutien sur l’organisation de ces soirées !