Blog

Acinonyx Jubatus

Chaque mois, découvrez l’explication d’une œuvre de l’exposition Decorum par Emeric Chantier. Ce guépard vous intrigue ? Déroulez pour en savoir plus.
Depuis l’Antiquité, l’Homme tente de définir tout ce qu’il voit, touche, pense, entend, sent et ressent ; c’est ainsi qu’il communique et transmet le Savoir, en enfermant le Vivant dans des cases, des catégories ou des définitions.
C’est face à ce constat qu’est née la série « Définition(s): … » dans laquelle Emeric Chantier nous emmène à la découverte, entre autres, de sculptures d’animaux. D’apparence végétale et minérale, chacun d’entre eux vit en interaction avec un volume blanc correspondant à leurs dimensions standards. 
« Acynonix Jubatus » (le nom scientifique du guépard en français) a été sélectionné par Emeric Chantier pour interroger un groupe des grands félins : les panthères. Pour éveiller notre conscience, l’artiste nous rappelle que le guépard est un être vivant qui ne se cantonne pas qu’à la notion de vitesse atteignant les 93 km/h. Il s’agit d’abord d’un animal vivant et évoluant dans la Nature comme tant d’autres. 
Techniquement, les sculptures d’Emeric Chantier sont créées à partir de la récupération d’éléments végétaux, d’éléments minéraux et de matières synthétiques. Tous ces composants détournés sont, entre autres, assemblés minutieusement les uns avec les autres grâce à l’emploi d’une simple pince à épiler…
En tournant autour des sculptures de l’artiste, chaque public visualise, tel un géant, différents mondes miniaturisés. En les contemplant dans leur globalité, chacun de nous est poussé à regarder les œuvres de façon microscopique. Perdant alors nos repères, nous nous retrouvons à examiner, de manière attentionnée et méticuleuse, l’environnement dans lequel nous vivons.
Dans une multiplicité du regard, Emeric Chantier nous invite à prendre conscience, à imaginer et à réagir dans notre intimité. Sans être l’illustration militante d’un acte politico-écologique, l’univers de l’artiste nous interroge : comment l’Homme se positionne-t-il par rapport à la Nature ? 
« Acynonix Jubatus » pose ainsi les bases d’une discussion entre la Nature et tous les éléments détournés de la main de l’Homme.